Libération - 08.10.2019

(Axel Boer) #1

O


n s’y est engouffrée à la poursuite de
l’amour. Celui qui fait bondir le cœur,
rougir ou pâlir, et rend parfois les
mains moites. On s’est d’emblée retrouvée
face à un cœur géant vibrant et palpitant
(boum, boum), entourée de déclarations
qui font frissonner. Marguerite Duras : «Et
puis il n’avait plus su quoi lui dire. Et puis il le
lui avait dit. Il lui avait dit que c’était comme
avant, qu’il l’aimait encore, qu’il ne pourrait
jamais cesser de l’aimer, qu’il l’aimerait jusqu’à
la mort.» Kamel Daoud : «L’amour. Quelle sen-
sation étrange, non? Ça ressemble à de l’ébri-
été. On éprouve la perte de l’équilibre et des
sens, mais qui s’accompagne d’une acuité
étrangement précise et inutile.» Beau, enga-
geant. Comme l’exposition que sert le Palais
de la découverte à compter de ce mardi, inti-
tulée «De l’amour».
Pari audacieux, tant il est plus aisé, comme
le souligne d’un air amusé l’une des com­-
missaires, Maud Gouy, «d’évoquer la vie de
nos ancêtres les Gaulois ou Louis Pasteur» que
de démonter ce moteur tout puissant de
nos petites vies. Car oui, sacrebleu, c’est quoi
l’amour? Et de quel amour parle-t-on? Nous
n’avons qu’un petit mot fourre-tout, quand
le grec ancien fut bien plus précis en distin-
guant le désir, la passion charnelle (éros),
l’amour familial (storgê), l’amour désintéressé

Par
Catherine Mallaval

Images issues de la série «Pulsions» (2019) de Paule Sardou. Photos Paule Sardou


«De l’amour»


En voiture hormones!


Comment se lie-t-on à son ou sa partenaire? Quel cocktail de


molécules aboutit au coup de foudre ou d’un soir? Au Palais de la


découverte, une expo décortique l’alchimie du cœur et du cerveau.


france


16 u Libération Mardi 8 Octobre 2019

Free download pdf