(Joyce) #1
SYLVICULTURE
Le GVF et le CRPF ont organisé une réunion sur le
thème de la production de bois de qualité, le 14 juin
à Thivars.

Le reboisement source de


qualité pour le GVF


«L


e thème du renouvellement est d'actualité, on annonce un
changement climatique et il faut s'y préparer », a lancé le
technicien du Groupement de valorisation forestière, Denis
Goisque, en ouverture de la réunion technique organisée avec le CRPF*,
sur le thème de la production
de bois de qualité, le 14 juin à
Thivars. Selon lui, il ne faut pas
attendre que les peuplements
soient en fin de parcours pour les
renouveler : « un peuplement qui
vieillit est un peuplement fragile.
Tempêtes, maladies, tout ça nous
oblige à prendre le taureau par
les cornes », a-t-il pointé.

Régénération ou plantation?
Renouveler une plantation, c'est s'engager pour 120 ans : « une phase
loupée, peut mettre à mal le projet », a souligné Denis Goisque. La
première chose à faire est d'examiner la parcelle et de déterminer son
état en fonction des espèces en place. Puis, il s'agit de décider si l'on
s'appuie sur une régénération naturelle ou si l'on repart de zéro. « La
régénération naturelle est moins chère d'abord mais demande plus
d'entretien ensuite », a relevé le technicien. Plusieurs stations ont été
observées au fil de la matinée. La seconde a retenu l'attention des
participants. En effet, le propriétaire y a planté des robiniers (faux acacia)
à raison de 1 400 plants à l'hectare : « L'avantage du robinier est sa
croissance rapide », a expliqué Denis Goisque, ajoutant : « Son intérêt
est qu'il se substitue à des arbres exotiques car il est imputrescible. Il est
utilisé pour faire du mobilier urbain, des menuiseries extérieures. Mais en
plantation, il ne faut pas le mélanger à d'autres espèces ». La troisième
station a permis d'observer une plantation de chênes, préférée à une
régénération naturelle du fait d'une absence de glandée et de la nature
du sol. 
● HERVÉ COLIN

Le 14 juin, à Thivars. La propriété d'Yves de Saint-Laumer a permis au GVF de montrer par l'exemple les choix
opérés en matière de renouvellement.


*Centre régional de la propriété forestière

EURE-ET-LOIR


FERMAGE
UNE HAUSSE DES
FERMAGES APRÈS
TROIS ANNÉES
DE BAISSE
CONSÉCUTIVES
Conformément au mode
de calcul de l’indice des
fermages institué par la Loi de
Modernisation de l’Agriculture
et de la Pêche, un arrêté
ministériel du 12 juillet 2019,
constatant pour 2019, l’indice
national des fermages a été
publié au Journal officiel du
18 juillet 2019. Selon l’arrêté
ministériel, l’indice national
des fermages s’établit pour
2019 à 104,76. La variation de
l’indice national des fermages
2019 par rapport à l’année
2018 est de  + 1,66 %. Pour
plus d’informations, rendez-
vous sur le site. l