(Joyce) #1
JEUNES AGRICULTEURS
Le comité d'organisation du Festival de la terre
poursuit son travail à un mois de l'évenement.

Dernière ligne droite pour


le Festival de la terre


C


'est la dernière ligne droite pour le comité d'organisation du
Festival de la terre qui s'est réuni mardi 6 août à Neauphle-le-
Vieux (Yvelines), à seulement quelques mètres de la parcelle qui
accueillera, les 7 et 8 septembre, la 66e édition du festival.
Ces derniers jours, de nombreux travaux préparatoires se sont succédé
avec notamment le pressage des ballots, le montage des bonhommes
de paille et la préparation des palettes pour annoncer l’événement
au bord des routes. Cette fois-ci, les adhérents se sont retrouvés
pour les derniers préparatifs : restauration, animations, présence des
organisations professionnelles agricoles et des producteurs et bien sûr
la communication.
L’objectif est d’accueillir un maximum de public, petits et grands, pour
promouvoir l’agriculture francilienne. Pour cela, tout le paysage agricole
et rural sera mis à l’honneur avec une exposition de matériels anciens,
des démonstrations de robots, un pôle chasse, la deuxième édition du
concours bovin et même la présence de boulangers.
Le président du comité d'organisation, Quentin Le Guillous, en a profité
pour mobiliser une dernière fois ses adhérents autour de l’événement :
« Nous sommes à un mois du festival, je compte sur vous tous pour faire
un bel événement ! », celui-ci ne revenant que tous les neuf ans sur le
canton.
Prochaine étape : la distribution des affiches et des flyers pour
promouvoir la manifestation. 
● A. GAMBARINI - JA ÎLE-DE-FRANCE OUEST

À Neauphle-le-Vieux (Yvelines), le 6 août. Les JA du canton de Houdan sont au travail pour les derniers
préparatifs du Festival de la terre.


150 ballots de paille incendiés
Les Jeunes agriculteurs du canton de Houdan (Yvelines) ont vécu un
gros coup dur lundi 12 août à l'aube puisque 150 ballots de paille ont été
incendiés à Méré sur la parcelle qui doit accueillir le Festival de la terre.
Ces ballots étaient en attente d'être disposés pour sécuriser et baliser
l'événement. L'incident a provoqué l'incompréhension et la colère chez
les JA qui ont dû redoubler d'efforts pour trouver d'autres solutions à
moins d'un mois de l'événement. Et le préjudice est double puisque les
ballots incendiés devaient ensuite être remis à un éleveur, qui s'en voit
désormais privé. La perte est estimée à cinq mille euros. l

ÎLE-DE-FRANCE OUEST