Le Monde - 02.03.2020

(C. Jardin) #1
0123
DIMANCHE 1ER ­ LUNDI 2 MARS 2020 planète | 9

Extraction d’un
échantillon de SARS­
CoV­2 à l’hôpital de
La Timone, à Marseille,
le 27 février. DANIEL COLE/AP

« Une nouvelle étape est franchie », selon Olivier Véran


Dix­neuf nouveaux cas d’infection par le virus en France ont été annoncés vendredi. Plusieurs foyers sont repérés


L


e répit aura été de courte
durée pour la France. Quel­
ques jours seulement
après avoir déclaré qu’il n’y avait
« pas d’épidémie » dans le pays, le
ministre de la santé, Olivier Vé­
ran, a confirmé, vendredi 28 fé­
vrier, dix­neuf nouveaux cas d’in­
fection par le SARS­CoV­2.
Plusieurs « clusters » (regroupe­
ments) ont été identifiés sur le
territoire avec dix­huit cas dans
l’Oise, six cas à Annecy, six cas
concernant des voyageurs ren­
trant d’un voyage organisé en
Egypte et deux cas à Montpellier.
Douze cas « isolés » ont aussi été
comptabilisés.
« En France, une nouvelle étape
de l’épidémie est franchie, et nous
passons désormais au stade 2 [sur
un total de 3] : le virus circule sur
notre territoire et nous devons frei­
ner sa diffusion », a déclaré le mi­
nistre, en visite à Crépy­en­Valois,
commune de l’Oise où enseignait
le premier Français décédé des
suites de l’infection. Ce « stade 2 »
fait référence aux seuils définis
par les autorités françaises dans
le plan pandémie grippale éla­
boré après l’épisode de grippe
H1N1 en 2009. « C’est une phase de
mise en œuvre des mesures­barriè­
res et de montée en puissance du
système sanitaire, dès lors que se
développent des cas isolés autoch­

tones ou de petits foyers sur le ter­
ritoire », explique le document de
78 pages préparé par le secrétariat
général de la défense et de la sécu­
rité nationale (SGDSN).
Les enseignements des précé­
dentes pandémies y sont rappe­
lés : « Une faible sévérité peut ca­
cher bilan final très pénalisant ». Le
document cite l’exemple d’une
pandémie de grippe A qui,
en 1957­1958, avait un taux de léta­
lité de 1 décès pour 300 malades
(0,3 %), donc inférieur à celui du
nouveau coronavirus (compris en­
tre 1 % et 3 %). « Mais, pour 10 mil­
lions de malades, bilan fréquent en
pandémie, cela s’est traduit par
30 000 décès au minimum en
France », est­il noté. Le « stade 3 »
correspond au début de la vague
épidémique, avec une augmenta­
tion rapide du nombre de cas.

« Angle d’attaque très réduit »
Depuis la fin du mois de janvier,
le ministère a dénombré 57 cas :
deux patients sont morts, douze
sont guéris, et 43 sont toujours
hospitalisés. Mais le bilan pour­
rait s’alourdir rapidement : de
nouveaux cas confirmés devai­
ent ainsi arriver dans la nuit de
vendredi à samedi au centre hos­
pitalier universitaire (CHU) de
Bordeaux, où un seul malade
était jusqu’à présent hospitalisé.

Tous ont été identifiés grâce
aux mesures de dépistage mises
en place cette semaine pour repé­
rer tous les cas « possibles »
parmi les patients appelant le 15.
« Nous sommes à un tournant »,
estime le professeur Denis
Malvy, responsable de l’unité ma­
ladies tropicales du CHU de Bor­
deaux. « L’angle d’attaque est
maintenant très réduit pour con­
tenir la diffusion du virus », ajoute
ce médecin, dont l’équipe a effec­
tué plus de 70 tests jeudi et ven­
dredi, avec plus de vingt déjà pro­
grammés pour samedi 29 février.
A Paris, à l’hôpital Tenon, où un
patient positif au SARS­CoV­2 est
hospitalisé dans un état grave,
deux soignants ont été testés po­
sitifs, a indiqué l’Assistance publi­
que­Hôpitaux de Paris (AP­HP)
vendredi dans la soirée. Admis à
l’hôpital le 21 février, le malade ne
revenait pas d’une zone d’exposi­
tion à risques, et n’avait donc pas
été initialement identifié comme
un cas suspect potentiel.
« Une enquête a été déclenchée
(...) afin d’identifier les cas contacts
parmi les professionnels de santé
ou les patients, et déterminer leur
niveau d’exposition au risque », a
indiqué l’AP­HP. Tous les profes­
sionnels potentiellement tou­
chés présentant des symptômes
(toux, fièvre, rhume) « ont été im­

médiatement placés en éviction
professionnelle et prélevés », pré­
cise le communiqué. Les résultats
des tests pratiqués sur sept mem­
bres de la famille du patient sont
attendus, et une enquête épidé­
miologique est en cours pour re­
pérer les contacts.

« Eviter la poignée de mains »
Dans ce contexte où de nom­
breux cas émergent sans explica­
tion évidente, le ministre a rap­
pelé l’importance de la préven­
tion. « Ce sont les petits gestes qui
font une grande protection », a
souligné Olivier Véran, qui « re­
commande désormais (...), d’évi­
ter la poignée de mains ». « Le
masque est inutile si vous n’êtes
pas malade, si vous n’avez pas été
[en] contact proche de personnes
malades et que le port du masque
ne vous a pas été recommandé »,
a­t­il souligné, en précisant que
« l’essentiel des contaminations
se fait par les mains ». Un conseil
de défense, puis un conseil des
ministres exceptionnels sur le
coronavirus, devaient être orga­
nisés, samedi 29 février dans la
matinée, afin de faire le point sur
la situation.
L’Organisation mondiale de la
santé (OMS) a de son côté relevé,
vendredi, à son degré maximum
le niveau de la menace liée au

nouveau coronavirus dans le
monde, en le portant à « très
élevé ». « Aucun pays ne doit pen­
ser qu’il n’aura aucun cas chez lui.
Ce serait une erreur fatale, littéra­
lement. Le virus ne respecte pas les
frontières », avait averti, jeudi, le
directeur de l’OMS, Tedros Adha­
nom Ghebreyesus, appelant tous
les pays à se tenir prêts.
Alors que la propagation du
nouveau coronavirus ralentit en
Chine, le nombre de foyers se
multiplie partout dans le
monde. Jeudi 27 février a été an­
noncé le premier cas en Afrique
subsaharienne, au Nigeria. Trois
cas distincts de contamination
d’origine inconnue ont été con­
firmés vendredi aux Etats­Unis.
Après le Brésil, un deuxième
pays d’Amérique latine a été tou­
ché vendredi : le Mexique. Les
trois personnes concernées
avaient voyagé en Italie. En Eu­
rope, ce pays est le plus touché,
avec près de 900 patients testés
positifs. En Corée du Sud, foyer
de contagion le plus important
hors de la Chine continentale, le
nombre de cas explose avec près
de 3 000 personnes infectées. Au
total, plus de 50 pays sont tou­
chés par le virus, qui a contaminé
85 000 personnes et fait près de
3 000 morts.
chloé hecketsweiler

Un premier cas détecté


dans le personnel de Roissy


90 000 salariés travaillent sur l’une des trois plates­formes
aéroportuaires de Roissy­Charles­de­Gaulle, Orly et Le Bourget

R


oissy n’échappe pas à l’épi­
démie due au coronavi­
rus. Selon nos informa­
tions, confirmées par la préfec­
ture de police pour la sécurité et la
sûreté des aéroports parisiens, un
des 90 000 salariés, directs et in­
directs, qui travaillent sur l’une
des trois plates­formes aéropor­
tuaires de Roissy­Charles­de­
Gaulle, d’Orly et du Bourget, a été
diagnostiqué, jeudi 27 février, po­
sitif au Covid­19.
Ce salarié, habitant dans le
Val­d’Oise, ne fait pas partie de
Groupe ADP (ex­Aéroports de Pa­
ris). Employé par un prestataire
extérieur, il a seulement réalisé
« trois vacations » à Roissy. Il a été
pris en charge à l’hôpital Bichat, à
Paris. Selon les informations du
Monde, il aurait arrêté de tra­
vailler à Roissy « il y a quelques se­
maines », avant d’être contagieux.
« Il n’y a donc pas pu y avoir de
transmission dans ce cadre », fait
savoir la préfecture. Au moment
où il a déclaré la maladie, « il ne
travaillait plus sur l’aéroport ».
C’est de lui­même qu’il se serait
rendu en consultation à Bichat.
Ce premier cas positif vient in­
firmer les propos rassurants de la
direction du gestionnaire d’aéro­
ports, qui assurait, vendredi
28 février, « qu’il n’y a aucun cas de
coronavirus déclaré parmi les
90 000 salariés, directs ou indi­
rects, qui travaillent à Roissy, à
Orly ou au Bourget ». A nouveau
interrogée, la direction explique
qu’« elle n’avait pas, vendredi ma­
tin, connaissance de ce cas ».
Chez Air France, une syndica­
liste assure « qu’aucun cas » de Co­
vid­19 n’a été détecté parmi les sa­
lariés de la compagnie aérienne,
dont les pilotes, les personnels
navigants commerciaux, les hô­
tesses et stewards, et les employés

du sol utilisent quotidiennement
les installations aéroportuaires
d’ADP. « Les syndicats sont trop
nombreux au sein d’Air France, il
serait impossible à la direction
d’étouffer une pareille informa­
tion », ajoute­t­elle. Vendredi, en
fin de matinée, la direction con­
firmait « qu’il n’y a aucune remon­
tée sur un cas de coronavirus au
sein de la compagnie ».

Aucun contact avec l’armée
Depuis un mois et demi que l’épi­
démie s’est déclarée, l’aéroport de
Paris­Charles­de­Gaulle, qui voit
passer, chaque jour, 230 000 pas­
sagers, n’a pas changé ses métho­
des pour détecter les touristes
porteurs de la maladie apparue en
Chine en décembre 2019. « Nous
suivons, pas à pas, ce que les auto­
rités médicales nous demandent »,
confirme ADP. Dès le début de
l’épidémie, « le ministère de la
santé a voulu que nous diffusions
de l’information » à l’arrivée ou au
départ des vols vers la Chine.
A Roissy, le groupe « a distribué
des flyers, des affichettes, en main
propre aux passagers », mais a
aussi diffusé des avertissements à
bord, invitant les passagers pré­
sentant des symptômes corres­
pondant à ceux liés au virus à se
présenter au « centre médical de

Roissy ». De même, le gestion­
naire d’aéroports n’a pas mis en
place les détecteurs de chaleur,
car « le ministère de la santé juge
qu’ils sont superflus ».
En revanche, en 2014, lors de
l’épidémie d’Ebola, dont de fortes
fièvres sont l’un des symptômes
majeurs, ADP avait disposé des
détecteurs de température desti­
nés aux passagers en provenance
de certains pays africains. Désor­
mais, depuis que l’épidémie s’est
déclarée en Italie, l’entreprise dis­
tribue des affichettes aux passa­
gers en provenance de ce pays.
Par ailleurs, elle dément tout
contact avec l’armée et ses em­
ployés, en ce qui concerne les opé­
rations de rapatriement de Fran­
çais en provenance de Chine. Les
avions militaires, qui, parfois, at­
terrissent ou décollent de Roissy
ou d’Orly, sont « uniquement opé­
rés par des personnels militaires »,
affirme le gestionnaire d’aéro­
ports. Les seuls contacts sont « des
communications par radio, no­
tamment avec la tour de contrôle ».
De plus, assure ADP, les avions
qui ont rapatrié des Français ve­
nus de Wuhan (province du Hubei,
Chine) « ont été stationnés à l’écart
à Roissy. Très loin des autres passa­
gers » de l’aéroport. Ces appareils
sont dirigés vers le « parking golf »,
une aire de stationnement « éloi­
gnée des aérogares », précise le
groupe. C’est la procédure qui a été
suivie lorsqu’un A380, affrété par
le ministère de la santé, a rapatrié,
vendredi 21 février, vingt­
huit Français et trente­six ressor­
tissants de l’Union européenne.
Des bus réservés par la préfecture,
signale ADP, les attendaient à leur
descente de l’avion pour les em­
mener en Normandie, où ils ont
été placés en quarantaine.
guy dutheil

LES AVIONS QUI ONT 


RAPATRIÉ DES FRANÇAIS 


VENUS DE WUHAN « ONT 


ÉTÉ STATIONNÉS À L’ÉCART 


À ROISSY, TRÈS LOIN DES 


AUTRES PASSAGERS », 


ASSURE LE GROUPE ADP


BonnesAdresses


Tarifs01/01/20 Tél. :
1parution Professionnels Particuliers
Forfait 5lignes65€ HT 65€ TTC
Forfait 10 lignes110€HT110€TTC
Reproduction interdite

ANTIQUITÉS


BIJOUX
JAMESlecouturier de l’homme
Le prêt-à-porteràvotremesure

Du mardi auvendredi de14 h30à19heures,
Samedi de10 h30à13heures et de14 h30à19heures
53,rue d’Avron-75020 PARIS-Tél. :01.43.73.21.

Tailles
du 44 au 70
CARDIN-DIGEL
ZINS -BERAC, etc...
Les meilleurs

Vêtements de qualité pour homme


Costumes
Vestes
Pantalons
Parkas

PERRONO-BIJOUX



Anciens. Occasions argenteries.
Brillants. Pierres précieuses.
Création & transformation
réparations. Achats ventes.
Echanges sélectionné par le guide
PARIS PAS CHER




OPÉRA : angle bd des Italiens
4, rue de la Chaussée d’Antin
Tél : 01 47 70 83 61


ACHAT AU DESSUS


DE VOS ESTIMATIONS


ET EXPERTISES
« ART D’ASIE » :
CHINE, JAPON
ET MOYEN-ORIENT

06 07 55 42 30


P. MORCOS


EXPERT CNE
✶Porcelaines et Bronzes
✶Cristal de Roche
✶Corail et Ivoires Anc.
✶Jade blanc et couleurs
✶Cornes et Laques
✶Peintures et Tissus anc.
✶Manuscrits et Estampes
DEPLACEMENT
PARIS – PROVINCE
morcospatrick@orange.fr

LIVRES


ACHÈTE LIVRES ANCIENS
du 15eau 20e, bibliothèques d’érudits.

Archives, gravures, dessins,

affiches...
hubert.hoppenot@orange.fr

Tél. 06 80 06 54 24

ACHAT LUXE


ACHAT

au comptant

CHANEL

Sacs et accessoires
HERMES

expert@chanel-hermes.com

Tél. 06 49 35 35 22

ACHAT


ImmobilierReproduction interdite


Universités américaines
cherchent appartements
2 à 5 p. à acheter à Paris.
Contactez-nous au07 68 59 24 68
contact@scholars-invest.com

marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
✆01 57 28 29 94

RUBRIQUE
IMMOBILIER
VENDRE
OU LOUER
SON BIEN
IMMOBILIER

RUBRIQUEBONNES AFFAIRES


POUR VENDRE,


VOULEZ-VOUS LE BON PLAN


OU LE MEILLEUR?


ef

marie-cecile.bernard@mpublicite.fr-

ef

FORFAIT LIGNAGE
àpartir de 65 €HT

FORFAIT MODULES
àpartir de 300 €HT

Professionnels ou particuliers,
valorisez vos services et bonnes affaires
auprès d’une clientèle 100% premium.
Le mercredi et le samedi,
LeMondedevient votre vitrine.
Free download pdf